Vous êtes ici : Le dossiers du Mag des Animaux > Aquariophilie > Le Discus (Symphysodon aequifasciatus) en aquarium : conseils et bonnes pratiques

Le Discus (Symphysodon aequifasciatus) en aquarium : conseils et bonnes pratiques

Le Discus est un poisson d’eau douce très apprécié des aquariophiles pour ses magnifiques couleurs, sa forme ronde assez rare et son caractère paisible. Il nage principalement sur la partie médiane de son habitat de verre. Ce poisson n’a pas livré tous ses secrets. On ne connaît donc pas encore bien son mode de vie à l’état sauvage mais plutôt en aquarium par le biais de l’expérience des passionnés qui élèvent des Discus.Découvrons ensemble certaines de ses particularités et comment faire pour qu’il s’acclimate le mieux possible dans cet environnement.

Le Discus (Symphysodon aequifasciatus) en aquarium : conseils et bonnes pratiques

Discus : principales caractéristiques

Le Discus (Symphysodon aequifasciatus), appelé aussi Discus bleu, appartient à la famille des Cichlidae. Il est originaire d’Amérique du sud. On le rencontre plus particulièrement dans les courants modérés des eaux douces et légèrement troubles au Brésil, en Colombie et au Pérou.

Ce poisson de fond et de milieu est parmi les rares spécimens d’eau douce à avoir cette forme quasiment ronde. Il arbore de magnifiques couleurs, et l’on peut constater quelques variantes de tonalités selon son lieu de vie. Des rayures noires, verticales, apparaissent sur son corps lorsqu’il se sent en danger. Ainsi, il peut mieux se camoufler parmi les végétaux aquatiques et échapper à ses prédateurs.

Son corps compressé peut mesurer jusqu’à 20 cm de diamètre, chez la femelle comme chez le mâle. D’ailleurs, le dimorphisme sexuel chez ces poissons n’est pas flagrant. Tout au plus un œil averti peut-il constater les pointes plus effilées chez le mâle, au niveau des nageoires (anale, dorsale).

L’espérance de vie du Discus à l’état sauvage peut atteindre une quinzaine d’années. En aquarium, il peut vivre entre 15 et 18 ans à condition qu’il bénéficie d’un environnement parfaitement adapté à ses besoins physiologiques.

Discus : principales caractéristiques

Comment élever des Discus en aquarium ?

Il est tout à fait possible d’élever des Discus dans un aquarium communautaire, mais mieux vaut posséder une expérience confirmée en aquariophilie. Ce n’est pas le poisson que l’on conseille aux néophytes car il est fragile et si toutes les conditions ne sont pas réunies, il peut tomber malade et mourir.

Il est hautement préférable d’y installer un minimum de 5 Discus plutôt qu’un seul individu. Acheter des Discus dans une animalerie spécialisée en aquariophilie permet d’obtenir des spécimens déjà acclimatés et en bonne santé.

L’eau de l’aquarium doit présenter les caractéristiques suivantes :

  • Température : 28 à 32°C,
  • Potentiel Hydrogène (pH) : entre 5,5 et 6,5,
  • Dureté totale (GH) : 1 à 10 (idéalement 5).

Le Discus a donc besoin d’une eau chaude, acide et douce. Quant à la taille de l’aquarium, elle doit être suffisante. Un bac de 350 litres est vraiment un minimum. On y aménage un environnement subaquatique afin de reproduire le milieu naturel de ces poissons, et l’on y place si possible une racine assez grosse. Quelques décorations choisies avec discernement sont utiles pour que les Discus aient la possibilité de se cacher.

Dans la nature, le Discus doit pouvoir se camoufler pour ne pas être attaqué par le Piranha qui vit dans le même type d’environnement. Il faut en tout cas prendre soin de surtout ne pas faire cohabiter ces deux espèces de poissons. On opte uniquement pour des espèces de poissons d’eau douce adaptées au Discus, celui-ci étant très pacifique et assez timide, voire craintif. Il a un bon comportement dans la nature comme en aquarium.

La cohabitation entre des Discus et trop de gros poissons est à éviter. Il peut côtoyer le scalaire mais uniquement dans un aquarium de plus de 600 litres. Cela n’est donc pas souhaitable si le bac est plus petit. Les espèces parfaitement compatibles avec les Discus sont par exemple :

  • Severus (Heros severus),
  • Cichlidé ocellé (Heros efasciatus),
  • Nez rouge ou Tétra au nez de rami (Hemigrammus rhodostomus),
  • Cichlidé drapeau (Mesonauta festivus).

Discus, des poissons fidèles

Cet ovipare atteint sa maturité sexuelle à 1 an. Il détermine lui-même le territoire où la femelle doit déposer ses œufs. Mais auparavant, la femelle et le mâle se choisissent pour se reproduire et sont fidèles l’un à l’autre. Une fois le substrat nettoyé par le couple, et à peine la ponte effectuée, le mâle féconde les œufs. Lorsque ceux-ci éclosent, les petits font généralement l’objet d’une grande surveillance de la part des deux parents. Ceux-ci déposent sur le dos de leurs alevins un mucus nutritif. Toutefois, malgré ces bons soins et toute l’attention que le couple porte à ses rejetons, les petits Discus restent fragiles tout au long de leur croissance.

Au moment de la reproduction, mieux vaut séparer les Discus des autres poissons de l’aquarium car les parents ont tendance à manger leurs œufs s’ils sont dérangés sans cesse.

Entretien de l’aquarium

L’aquarium doit être nettoyé très régulièrement dans les règles, et pour que les Discus y vivent longtemps, on change 1/5 de l’eau tous les 14 à 16 jours en veillant à apporter une nouvelle eau à la même température que celle étant déjà dans l’aquarium. Gare aux grandes variations de paramètres (dureté, pH…) auxquelles le Discus est très sensible.

Régime alimentaire du Discus

Enfin, comme c’est le cas pour bien d’autres poissons, on distribue l’alimentation du Discus une fois par jour. Il doit disposer de suffisamment de nourriture mais sans excès car cela risque d’augmenter rapidement la pollution de l’eau.Cet omnivore apprécie les micro-organismes et les aliments d’origine végétale. Lui donner différents types d’aliments est indispensable pour éviter les carences en nutriments. De plus, il faut alterner la nourriture congelée avec les paillettes, l’alimentation fraîche et les granulés.

Prendre soin de ses Discus est une occupation au quotidien pour leur permettre de vivre le plus longtemps possible. De plus, ces poissons coûtent assez cher à l’achat, entre 30 et 50 € par spécimen. Devoir en acheter fréquemment pour remplacer ceux qui n’ont pas supporté les mauvaises conditions environnantes est pour le moins décourageant.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience, posez une question, commentez ...

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : eFHZTk

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

A propos des animaux ...