Vous êtes ici : Le dossiers du Mag des Animaux > Les animaux domestiques > Mule ou mulet : qui est-il ? Tout savoir

Mule ou mulet : qui est-il ? Tout savoir

Dans le monde animal, on considère qu’un membre d’une espèce ne peut que se reproduire avec un membre du sexe opposé de la même espèce. Cependant, cela n’est pas toujours vrai, il existe, dans de rares cas, des espèces capables de se reproduire avec un individu issu du même genre, mais pas de la même espèce.

C’est le cas entre autre de la mule (hybride femelle) et du mulet (hybride mâle). En effet, cet animal est issu du croisement entre un âne mâle (Equus asinus), et une jument (Equus caballus), tout deux étant du genre Equus qui relève de la famille des équidés.

mule ou mulet, croisement entre un âne et une jument

Un croisement issu des mêmes espèces mais des sexes opposés ne sera cependant pas considéré comme étant de la même espèce, car l’animal issu du croisement entre une ânesse et une cheval se nomme bardot, et n’est pas classé comme étant de la même espèce que le mulet.

Mais quelles sont les caractéristiques de ce croisement méconnu ? Pour tout savoir sur le mulet, c’est ici.

Les particularités physiques du mulet

Le mulet tient ses caractéristiques physiques de ses deux parents en tout points. Ainsi, sa taille sera entre celle de la jument et celle de l’âne, à savoir entre 120cm et 150cm au garrot, selon la taille des parents. Il en sera de même pour le poids qui oscillera autour de 450kg, encore une fois selon celui de ses parents. Son espérance de vie est la même que pour les ânes et les chevaux, entre 25 et 30 ans.

Sa robe peut être variable. On retrouvera le plus souvent des individus à la robe bai ou noir pangaré, et plus rarement des robes alezanes, grises ou même bai dun. Il existe même des individus à la robe tachetée ou pie sur des variétés aux États-Unis. Sa queue et sa crinière se rapprocheront plus de celles du cheval, plus épaisses et drues que celles de l’âne.

Au niveau de son visage, on retrouve là aussi des caractéristiques issues des deux espèces. Ainsi, ils ont une tête plutôt volumineuse comme les chevaux mais un museau allongé, des arcades sourcilières proéminentes et des naseaux peu dilatés comme les ânes.

Ses oreilles sont pointues et dressées, ressemblant plus aux oreilles des ânes qu’aux oreilles des chevaux.

Les membres du mulet sont fins et secs, avec de gros sabots, ce qui leur donne une morphologie parfaite pour les travaux que leur font faire les hommes.

Ces attributs apportent beaucoup au mulet : une grande force qui lui vient du cheval, et une forte défense immunitaire, issue de l’âne, qui lui permet d’être très résistant aux maladies.

Il existe cependant une contrepartie à toutes ces qualités, et non des moindre, puisque le mulet est un animal stérile dans la grande majorité des cas. En effet, la différence des structures chromosomiques entre la jument et l’âne les empêchent de donner naissance à une progéniture capable de se reproduire, au point qu’on n'a enregistré depuis cinq siècles qu'une soixantaine de naissances issues de la reproduction naturelle entre mulets.

La relation entre le mulet et les hommes

Les mulets dans l’histoire

On retrouve des traces de l’existence du mulet jusqu’à l’antiquité, mais c’est à partir du Vème siècle que l’utilisation de cet animal se fera plus fréquente. On retrouvera ainsi un nombre de plus en plus croissant d’individus jusqu’au début du XXème siècle, époque à laquelle leur utilisation sera réduite avec l’arrivée de la motorisation et donc de toutes sortes de machines capable de les remplacer dans leurs tâches ardues.

En France, on retrouvera surtout des élevages de mulets dans le Poitou, région où la robustesse des chevaux donne naissance à des mules plus puissantes, plus grandes et plus résistantes.

Dans le Massif Central, le Dauphiné ou encore les Pyrénées, on retrouvera aussi des élevages de mulets, mais ces derniers étant moins robustes que leurs congénères du Poitou, ils seront destinés à des travaux moins éprouvants.

L’utilisation du mulet par les hommes

Le mulet sera utilisé pour diverses tâches très ardues que l’on confiait également aux chevaux, à la différence près que les mulets, tout comme leur père l’âne, sont beaucoup plus adaptés à la circulation en montagne.

On retrouvera ainsi des mulets de bâts, tâche qui consiste à porter de lourdes charges sur de longues distances, mais également des mulets de selle, utilisés dans de nombreuses pratiques équestres, principalement aux États-Unis.

Le mulet sera également utilisé par l’armée jusqu’à la fin du XXème siècle, notamment les armées française et italienne, pour transporter des charges lourdes dans les massifs montagneux.

Les besoins des mulets

Avec leur système immunitaire très efficace, les mulets n’ont pas besoin de beaucoup de soins pour leur éviter des maladies.

Cependant, ces animaux ne sont pas à toute épreuve : autant ils supportent très bien la chaleur, mais beaucoup moins les grands froids. Durant les saisons chaudes, ils pourront tout à fait passer les nuits en extérieur sans aucun problème, mais il leur faudra un abri chaud pour passer la nuit durant l’hiver.

L’utilisation des mulets avec un bât pour porter des charges en montagne peut endommager leurs sabots, voir même les blesser. Il faudra donc leur faire porter des fers pour éviter un accident.

Enfin, les mulets sont de gros mangeurs, surtout si on les fait travailler. Il leur faudra ainsi quotidiennement ingurgiter environ trois kilos d’avoine, deux kilos de paille et trois kilos de foin pour répondre à leurs besoins énergétiques, ainsi que bien sûr, une grande quantité d’eau fraîche et propre (environ 25 litres par jour).

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience, posez une question, commentez ...

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : LYDF5w

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

A propos des animaux ...