Vous êtes ici : Le dossiers du Mag des Animaux > Les animaux sauvages > Les mammifères > Le sanglier (laie et marcassin) : comment et où vit-il ? Tout savoir sur le sanglier

Le sanglier (laie et marcassin) : comment et où vit-il ? Tout savoir sur le sanglier

Le sanglier est un animal capable de développer des méthodes étonnantes pour s’adapter dans de nombreux environnements. Ce stratège vit dans de nombreuses régions du monde. En Europe, il est de plus en plus présent, bien qu’il soit la proie des chasseurs. Faisons sans attendre la connaissance avec le sanglier, la laie et le marcassin.

Le sanglier (laie et marcassin) : comment et où vit-il ? Tout savoir sur le sanglier

Sanglier : coup de projecteur sur le mâle

Le sanglier, Sus scrofa, appartient à la famille des Suidés et à l’ordre des Artiodactyles. C’est un mammifère dont le mâle pèse plus de 110 kg (sachant que son poids peut dépasser 150 à 200 kg s’il bénéficie d’une nourriture abondante) pour les bêtes vivant sur notre territoire national, mais on a recensé des sangliers de trois quintaux en Europe de l’Est. Sa longueur est généralement de l’ordre de 1,70 m.

Lorsqu’il est adulte – il devient mature à l’âge de 2 ans -, le mâle possède des canines très proéminentes et ses suites (c’est-à-dire ses testicules) forment une excroissance non négligeable juste à la naissance de sa queue. On peut aussi le distinguer de la femelle par la seule présence d’une touffe de poils disposée sur le fourreau qui entoure son pénis, et que l’on dénomme le pinceau pénien.

La laie, femelle du sanglier

La laie à la loupe

La femelle adulte du sanglier que l’on appelle la laie atteint sa maturité à l’âge de 1 an. elle pèse rarement plus de 80 kg et mesure moins de 1,50 m de longueur. Elle est aussi repérable à ses allaites ou mamelles pourvues de dix tétines et parvenues à leur paroxysme en période estivale. Toutefois en dehors de ces attributs particuliers à chaque sexe et repérables toute l’année, certains traits particuliers à chacun ne sont apparents qu’en été car leur poil est alors ras.

On peut malgré tout constater que le dimorphisme sexuel chez le sanglier est relativement marqué.

Marcassin, petit du sangler

Description du marcassin

Le petit du sanglier est le marcassin. Lui aussi possède des particularités physiques propres à son jeune âge comme sa livrée rayée horizontalement de bandes claires alternées à des lignes foncées. Elle permet à ce gros gibier de se camoufler au cœur des sous-bois.

Les poils qui forment la couche supérieure sont appelés les soies. Dès que le jeune atteint l’âge de 4 mois, ces dernières deviennent rousses puis 5 ou 6 mois plus tard s’assombrissent au point de devenir très sombres. Selon son âge, et en fonction de la couleur de ses soies, le sanglier est parfois surnommé bête rousse ou bête noire.

Sanglier : généralités

A l’exception de sa vue qui n’est pas extraordinairement développée, les autres sens du sanglier lui permettent de reconnaître de loin bruits et odeurs, et de distinguer nombre d’aliments par leurs différences gustatives. Il peut donc aussi bien compter sur son odorat que sur son ouïe et son goût.

Le sanglier présente la particularité de ne pas transpirer. En ce qui concerne son cri, on lui attribue différents termes. Ainsi, le marcassin couine, et à l’âge adulte le sanglier grogne, nasille ou grommelle. Sa longévité est extrêmement variable puisqu’elle est estimée entre 11 et 26 ans : une estimation pas toujours parfaitement représentative de l’espèce, le sanglier étant un mammifère forestier classé parmi le gros gibier, est largement prisé par les chasseurs dans le monde. Il possède aussi des prédateurs, malgré sa masse imposante, qui ne sont autres que l’ours, le chacal, le loup, le lynx, la panthère et le renard, selon la zone géographique dans laquelle il vit.

Sanglier : mode de vie

Omnivore forestier, le sanglier élit domicile dans les sous-bois et forêts mixtes ou de feuillus. S’il doit s’abriter il s’installe dans un fourré ensoleillé ou un creux auquel on donne le nom de bauge. Il n’hésite pas sortir de son habitat pour explorer et se nourrir dans les prairies alentours et les champs cultivés (au grand dam des agriculteurs), les zones où se développent les épineux qu’il ne craint pas, les marais, les versants montagneux ou encore les maquis. Quasiment tout lui convient dès lors que la végétation est suffisamment abondante. Cela lui permet aussi bien de se nourrir que de se cacher.

Le sanglier mange des aliments d’origine animale ou végétale. Il possède une forte propension à pouvoir s’adapter à des variations alimentaires importantes, s’accommodant de ce qu’il trouve dans la nature en fonction des saisons. Graines, rhizomes, fruits, feuilles, tiges, glands et akènes, mollusques, larves, insectes, lombrics, mais aussi parfois de petits animaux constituent son alimentation, sachant que la nourriture d’origine animale représente tout au plus 5 à 7 % de son alimentation globale. On peut donc dire que le sanglier adopte un régime alimentaire largement végétal.

La période du rut débute en septembre pour s’achever en mars. Les mâles dominants, adultes confirmés, se taillent la part belle auprès des laies, ce qui entraîne chez les jeunes mâles pourtant sexuellement à maturité, de grandes difficultés à s’imposer tout du moins au début. En dehors de cette période de rut, les sangliers adultes retournent à leur vie solitaire alors que les plus jeunes évolueront encore pour quelque temps au sein de la compagnie avec les laies et les marcassins.

Sanglier : naissance

Une laie met bas dans un chaudron, c’est-à-dire un nid construit par elle où les marcassins restent pendant seulement 7 à 8 jours. Dans la majeure partie des cas, la mise bas a lieu entre mars et mai après une gestation de 115 jours. Une jeune laie donne généralement naissance à 6 ou 7 marcassins, et une laie plus âgée peut avoir au moins 9 ou 10 petits par portée, à raison d’une seule portée par an. Toutefois, en cas de nourrissage excessif ou si la nichée venait à être détruite pour quelque raison que ce soit, la laie peut alors avoir une autre portée quelques semaines plus tard.

Environ 7 jours après leur naissance, les marcassins emboîtent le pas de leur mère pour rejoindre la compagnie. Le sevrage des jeunes a lieu dès qu’ils sont âgés d’environ 4 mois.

Le sanglier en France

L’activité du sanglier est principalement nocturne mais en période diurne, il peut tout de même être aperçu. Les compagnies se déplacent en fonction des saisons. Cependant, cet animal est majoritairement sédentaire dès lors qu’il dispose de suffisamment de nourriture dans la zone où il se trouve.

En France, le sanglier peut être observé dans la grande majorité des régions, mais la Sologne est bien connue pour être un point stratégique d’observation. Certaines contrées sont réputées pour leurs parties de chasse-à-courre comme c’est le cas de la Forêt de Chambord (Loir-et-Cher) peuplée de chênes. Mais le sanglier peut aussi être chassé à l’affût ou en battue, cette dernière méthode étant la plus pratiquée en France.

Sur près d’un million de spécimens recensés sur notre territoire, près de la moitié est tuée chaque année. En Europe, le nombre de sangliers a plus que quadruplé au cours des vingt dernières années.

Lorsque l’on observe des sangliers, il faut prendre des précautions, que ce soit envers les mâles ou les laies accompagnées de marcassins. Cet animal n’hésite pas à charger pour se défendre. Malgré son imposante corpulence, il peut courir à une vitesse de 20 km/h avec des pointes à 70.

Lorsqu’il est en colère, son comportement se modifie. Il grogne, souffle, « casse des noix » ou « casse des noisettes » selon les expressions consacrées au fait qu’il claque ses dents les unes contre les autres. Il ne supporte pas d’être importuné. Si tel est le cas, il peut s’éloigner d’une trentaine de kilomètres. Ce phénomène est notamment constaté durant les périodes de chasse.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience, posez une question, commentez ...

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : 2y8TtC

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

A propos des animaux ...

  • Que mange un hérisson ? Que mange un hérisson ? Petits mammifères omnivores qui s’imposent comme de véritables alliés pour les jardiniers désireux d’éradiquer les bestioles nuisibles aux plantations, les hérissons sont pourtant en train...
  • Le castor : comment vit-il ? Où peut-on l'observer en France ? Le castor : comment vit-il ? Où peut-on l'observer en France ? Le castor est un rongeur semi-aquatique très présent en France, du Verdon aux bords de Loire, de la Vallée du Rhône à l’Île-de-France, où l’on a d’ailleurs pu constater sa réapparition...
  • Existe-t-il encore des chevaux sauvages ? Existe-t-il encore des chevaux sauvages ? Concernant l'existence possible de chevaux sauvages aujourd'hui, la réponse est "non" malheureusement. Des chercheurs viennent de révéler que les dernières espèces de chevaux que l’on...
  • La souris, petit rongeur que l'on déteste à la maison La souris, petit rongeur que l'on déteste à la maison La souris n’est pas la bienvenue dans nos habitations et elle est capable de générer chez de nombreuses personnes crises de panique à la limite de l’hystérie. Voyons qui elle est vraiment, et...