Vous êtes ici : Le dossiers du Mag des Animaux > Les animaux sauvages > Les poissons > Le saumon sauvage : comment et où vit-il ? Tout savoir sur le saumon

Le saumon sauvage : comment et où vit-il ? Tout savoir sur le saumon

Il existe de nombreuses espèces de saumon. Ce poisson, dont le métabolisme est particulier, est très intéressant à étudier. Suivons le saumon de l’Atlantique pour comprendre comment il se reproduit en eau douce pour ensuite quitter sa rivière natale afin de se rendre dans les eaux marines avant de revenir à sa source.

Le saumon : comment et où vit-il ? Tout savoir sur le saumon

Les différents types de saumons

Saumon est un nom vernaculaire de poissons appartenant à la famille des Salmonidae (Salmonidés). On en identifie plus de soixante espèces dans le monde. Certains saumons sont du genre Salmo (qui intègre aussi les truites) comme c’est le cas du saumon de l’Atlantique, Salmo salar. D’autres saumons sont du genre Oncorhynchus parmi lesquels on retrouve :

  • Le saumon argenté,
  • Le saumon royal,
  • Le saumon du Japon,
  • Le saumon du Pacifique,
  • Le saumon rose.

Salmo salar possède une tête peu imposante et son corps en forme de fuseau (fusiforme) d’aspect métallique est recouvert de petites écailles. A l’âge adulte, il peut atteindre un poids de 35 kg et une longueur de 150 cm.

Cycle de vie du saumon

Un glossaire propre au saumon

Selon son âge, différents termes permettent de désigner le saumon en fonction des différentes étapes de sa vie, à savoir :

  • Alevin jusqu’à l’âge de six semaines.
  • Tacon (parr en anglais) – et tocan dans les régions du Sud - lorsqu’il est encore juvénile et mesure tout au plus 15 cm.
  • Smolt quand son corps est plus effilé. C’est à ce moment que le saumon commence à migrer. On le remarque à sa livrée argentée et à ses yeux qui ont grossi. Cette métamorphose physique est un processus appelé smoltification.
  • Unibermarin ou madeleineau désigne un saumon d’été dont le poids est compris entre 2 et 4 kg. Il mesure plus ou moins 70 cm de longueur. A ce stade, les saumons ont passé une seule année en mer et certains d’entre eux effectuent leur toute première remontée de rivière.
  • Dibermarin est le nom donné à un saumon qui a passé deux années en mer. Il mesure alors de 70 à 90 cm et peut peser 4 à 4,5 kg.
  • Tribermarin est le terme consacré au saumon ayant passé trois ans en mer. Il affiche une longueur supérieure à 90 cm et son poids est au minimum de 8 kg.
  • Rédibermarin se dit d’un saumon de poids très variable qui fait son retour afin de se reproduire. Il réintègre sa rivière natale après une migration en mer qui, comme nous l’avons vu, peut durer plusieurs années.

Le saumon, comme la truite de mer ou encore l’esturgeon

Cycle de vie du saumon

Le saumon, comme la truite de mer ou encore l’esturgeon, remonte un fleuve ou une rivière pour se reproduire. On dit qu’il est anadrome.

Les saumons adoptent un cycle de vie un peu particulier qui se déroule dans deux milieux totalement différents : eau douce et eau marine. Ce sont donc des poissons amphidromes. Ils quittent les eaux marines afin de remonter le courant des rivières pour pondre sur leur lieu d’origine. Dans le jargon dédié, on parle d’organismes potamotoques. Ce phénomène est pour le moins singulier.

Pour mieux comprendre le cycle de vie de ces poissons au métabolisme étonnant, penchons-nous plus précisément sur le saumon d’Atlantique, véritable emblème des poissons migrateurs.

C’est durant l’automne que les saumons adultes aménagent, dans les rivières là où l’eau est peu profonde, des frayères dans lesquelles ils s’accouplent. Les frayères sont aménagées sur des graviers très fins et grâce aux courants réguliers et rapides, elles bénéficient de l’oxygénation qui leur est nécessaire. C’est sous ces lits de graviers que les œufs sont pondus par les femelles. Ils vont y séjourner tout l’hiver jusqu’à leur éclosion en mars-avril.

A peine naissants, les alevins s’enfoncent plus profondément encore dans le gravier afin de se protéger et de ne pas être emportés. Ils y restent jusqu’au mois de mai puis sortent des profondeurs de leur frayère pour commencer à se nourrir de petites larves d’insectes alors que jusqu’à présent les nutriments nécessaires à leur développement leur était fournis par le lécithocèle, une excroissance intestinale communément nommée vésicule vitelline ou sac vitellin.

Le saumon de l’Atlantique passe au maximum ses trois premières années de vie sans quitter sa rivière natale, puis migre vers l’océan où il reste entre un et trois ans. Il rejoint plus précisément les eaux froides c’est pourquoi on le retrouve plutôt à proximité de la Norvège, des Îles Féroé et du Groënland.

Durant cette période, il se développe considérablement puisqu’au cours de chaque année passée dans l’océan il double son poids. Lorsqu’arrive le moment de la fraie, débute la dévalaison. Le saumon quitte l’océan pour rejoindre sa rivière - pendant l’été dans la majorité des cas - afin de se reproduire. Ce phénomène qui pousse le saumon à rejoindre instinctivement le cours d’eau douce, et strictement l’endroit où il est sorti de l’œuf, s’appelle homing.

Pendant toute la remontée des cours d’eau, il ne se nourrit pas. La migration est extrêmement épuisante, car ces poissons fournissent énormément d’efforts pour parvenir à atteindre la frayère. Beaucoup y perdent la vie. Toutefois, un saumon est capable de résister à plusieurs fraies. Ainsi, une fois qu’il s’est reproduit, il repart afin de rejoindre le milieu marin pour revenir 12 à 36 mos plus tard puis repartir à nouveau…

Saumon sauvage, un poisson gravement menacé

Aujourd’hui, les saumons sauvages sont de moins en moins nombreux. Ce sont des espèces gravement menacées. Victimes d’une véritable hécatombe, les saumons subissent :

  • La pollution des eaux marines et de rivière,
  • Le réchauffement climatique,
  • Les barrages hydroélectriques qu’ils doivent affronter lors de leur migration et les turbines qui broient des milliers de saumons,
  • La dégradation de la qualité physicochimique des eaux due aux centrales,
  • La pêche abusive du saumon mais aussi des poissons dont le saumon se nourrit,
  • Les prédateurs des œufs de saumon comme du poisson lui-même. Ces principaux prédateurs sont l’ours, le phoque, l’anguille, le silure, le requin, le brochet maillé, la lamproie, le cormoran ou bien encore la mouette et la sterne.

Des programmes ont heureusement été mis en place afin de repeupler les rivières d’œufs et de saumons, mais les résultats montrent que l’on est encore très loin du compte, le taux de mortalité des saumons sauvages est encore extrêmement alarmant. Ce poisson est l’un des plus consommés par l’homme. Ce pourrait déjà être un (petit) pas si chacun d’entre nous variait un peu plus son alimentation…

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience, posez une question, commentez ...

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : vWhtXr

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

A propos des animaux ...